PortraiTs des 30

Murielle, membre du Forum Citoyen

L'interview-portrait de Murielle

Prénom : Murielle

Âge : 78 ans

Lieu de résidence : Plainpalais

Profession : Retraitée – Ancienne trésorière d’ONG et ancienne secrétaire générale de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités.

Présentez-vous

 

En trois adjectifs ? 
Ouverte; engagée – je ne suis pas une personne à aller dans les manifestations, mais j’ai beaucoup œuvré pour le féminisme à travers mes engagements et ma manière d’élever ma famille; fidèle – à mes racines, mes engagements, mes amis.

 

Quand on entre chez moi, il y a ?
Une ambiance positive. C’est ce qu’on me dit lorsque l’on rentre chez moi. Il y a un petit hall d’entrée avec mes affaires et passablement de souvenirs – du mobilier, des tableaux d’artistes et de gens qui peignaient dans ma famille. Je me suis installée dans cet appartement à mon divorce il y a une quinzaine d’années. J’ai une chambre à coucher, une cuisine et un très beau salon avec un canapé-lit. Pour moi toute seule, cela va très bien.

 

Je ne peux pas passer une semaine sans ?
Je ne sais pas. Je m’adapte aux circonstances. Je n’ai pas particulièrement de routine. J’aime bien ce qui change, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai beaucoup voyagé et vécu ailleurs qu’à Genève.

 

Auto ou moto ?
Moto, j’ai passé l’âge. Auto, j’ai une voiture et je conduis depuis l’âge de 18 ans. C’est magnifique, car je suis encore libre d’aller à droite à gauche. J’ai un abonnement TPG et demi-tarifs. J’utilise les transports publics dans la mesure du possible, mais c’est de plus en plus compliqué de courir pour attraper son tram et les trottoirs sont très hauts. À partir d’un certain âge, si on abandonne notre voiture, on devrait avoir des subsides pour prendre le taxi. C’est quelque chose que je vais suggérer au Forum lorsqu’on parlera de mobilité.

 

L’endroit où je suis le mieux ?
Chez moi.

 

 

Parlez-nous du Canton de Genève

 

Si j’étais un quartier, je serais ?
Je suis de mon quartier, c’est-à-dire du quartier de Plainpalais, Philosophes, Université. J’ai une grande partie de mon cœur là où j’ai longtemps vécu à Collonge-Bellerive.

 

Ce que je préfère dans notre canton ?
Le lac.

 

Mon pire cauchemar ?
Que tout ce qui n’est pas interdit soit obligatoire. La régulation des comportements avec la gestion du Covid, c’est complexe. On a le sentiment que l’Etat part de la présomption qu’il faut diriger les individus; je peux comprendre dans une certaine mesure, mais il faut faire attention à l’équilibre entre responsabilité individuelle et égalité de traitement… On perd beaucoup de notre liberté par rapport à ce que j’ai vécu lorsque j’étais jeune. Du point de vue politique, mon pire cauchemar serait la perte du multipartisme et la pensée unique. Et à titre personnel, de rater ma sortie.

 

Mon meilleur souvenir ?
À l’école primaire, chaque année on faisait une excursion pour aller au monument du débarquement des Suisses au Port-Noir, symbolique de l’entrée de Genève dans la Confédération. J’avais mon anniversaire ce jour-là, j’associais ces deux événements et j’en étais très fière. Un autre souvenir d’enfance, en rentrant de l’école, j’ai vu une fumée incroyable et j’ai vu le Grand-Théâtre brûler depuis la Treille. C’était impressionnant. Et puis, la naissance de nos trois enfants.

 

Ma saison préférée ?
L’automne. Parce que c’est la reprise, les jours qui diminuent, les feuilles qui tombent, l’accomplissement de certaines choses, les moissons, la récolte de ce qu’on a semé pendant l’année. Je vais vite me baigner une dernière fois dans le lac avant qu’il ne fasse froid.  L’impression que les choses reprennent et que la nature se calme. C’est quelque chose que j’aime bien.

 

Si Genève n’avait qu’une seule rue, ce serait ?
La rue de la Corraterie; de la Place-Neuve à Bel-Air.

 

Si je plantais un arbre à Genève, ce serait…
Je planterais un tilleul dans le parc des Bastions car il a de magnifiques arbres qu’il faut renouveler de temps en temps. Je trouve que Genève est bien arborisée et j’ai toujours dit que dans une autre vie j’aurais dû être jardinière en chef de la Ville de Genève, rien que ça.

 

Si j’avais une baguette magique (à Genève), je ferais ?
J’aimerais que chacun et chacune y trouve sa place.

 

Le banc genevois où j’aime m’asseoir ?
Maintenant, c’est le parc des Bastions. Il y a de tout, suivant le banc qu’on choisit: l’Histoire genevoise, le parc des enfants, les touristes, les skaters, les universitaires et les mauvais garçons! Ce parc a beaucoup évolué. Quand j’étais enfant, c’était un parc figé où l’on n’avait pas le droit de marcher sur les pelouses.

 

Sur ma carte postale envoyée depuis Genève, j’écris…
Ce serait une carte de la rade avec le jet d’eau et peut-être un bateau à vapeur sur laquelle j’écrirais “À bientôt, je me réjouis de vous revoir dans ma ville préférée”. Ma carte de voeux 2021 est une carte de coloriage sur laquelle j’ai écrit: “Coloriez votre année”.

 

Post tenebras lux (ndlr: après les ténèbres la lumière), ma devise pour Genève serait plutôt…
Je trouve cette devise très bien, je la garde. Il n’y a pas de raison de la changer.

Portrait de Murielle, membre du Forum Citoyen de Genève
Suivez toute l'actualité du Forum Citoyen sur

en partenariat avec

Initié par le département du territoire, le Forum Citoyen de Genève est mis en place en collaboration avec l’Université de Genève